Focus sur Christopher Nkunku, épanouï à Leipzig

Vendu par le Paris Saint-Germain lors du dernier mercato estival, Christopher Nkunku est devenu un joueur clé du Red Bull Leipzig. Focus sur ce titi parisien, à qui l’exil a permis de s’affirmer.

Une équipe réserve dissoute, un fair-play financier à respecter, le Paris Saint-Germain a donc choisi de vendre plusieurs de ses jeunes joueurs l’été dernier. Moussa Diaby (Leverkusen -15 M€), Stanley Nsoki (Nice – 12,5M M€), Arthur Zagré (Monaco – 10 M€), Timothy Weah (LOSC – 10 M€) et Christopher Nkunku (Leipzig – 13 M€), ont tous été cédés par le PSG. Des transferts bénéfiques pour le club et les joueurs. Barrés par la concurrence à Paris, ces derniers ont vu dans cette opération dégraissage, l’occasion de pleinement lancer leur carrière.

Si certains sont blessés (Timothy Weah) ou peu utilisés (Arthur Zagre), d’autres réussissent à performer depuis leur départ. C’est le cas de Christopher Nkunku, le titi parisien le plus en vue depuis qu’il a quitté la capitale française.

Nkunku, l’indispensable

Le français de 22 ans a pris part à 20 rencontres de Bundesliga (sur 21). C’est simple, il n’a manqué qu’un seul match de championnat. C’était le 30 août dernier, contre le Borussia Mönchengladbach. Depuis, Julian Nagelsmann, l’entraîneur de Leipzig, ne peut plus se passer de lui.

Ses performances s’illustrent par des statistiques personelles remarquables. Avec 7 passes décisives, il fait parti des meilleurs passeurs du championnat allemand. Passeur mais aussi buteur. L’ancien parisien a trouvé le chemin des filets à 4 reprises cette saison.

Leipzig tricolore

Si Christopher Nkunku s’est parfaitement adapté à sa nouvelle équipe, son intégration a été facilitée par les français déjà présents sur place. Dayot Upamecano (21 ans), Ibrahima Konaté (20 ans), Nordi Mukiele (22 ans), une jeune génération de tricolores, qui l’ont accueilli à bras ouverts.

Une valeur marchande intéressante 

Moins d’une saison après son arrivée, Christopher Nkunku voit sa valeur marchande s’élever. Selon l’Observatoire du Football (CIES), il faudrait désormais débourser entre 30 et 40 millions d’euros pour s’attacher les services du milieu français. Une plus-value est donc envisageable pour les dirigeants du club dont la politique de recrutement n’a pas changé.

Acheté pour 13 millions d’euros, Christopher Nkunku pourrait être revendu trois voire quatre fois plus cher que son prix d’achat.

.