ronaldinho

Le jour où j’ai vu Bernabéu se lever pour Ronaldinho

On aimerait que les génies durent toujours, mais personne n’est épargné par le temps qui passe. C’est ainsi que, le 17 janvier dernier, Ronnie a officiellement raccroché, à 37 ans, ses fameux crampons dorés.

Publicité





Après avoir éclaboussé tant de matchs de son talent, le joueur le plus souriant de tous les temps a définitivement quitté les terrains, laissant derrière lui vingt années de passements de jambes, de passes aveugles et de célébrations samba au point de corner.

À la différence des autres grands champions de sa génération, le natif de Porto Alegre était un véritable entertainer, au service du beau jeu et du beau geste. Un grand enfant, créatif et insouciant, capable de faire danser l’adversaire, de soulever des foules par milliers et de transformer un simple match de foot en un show spectaculaire.

⚽️⚽️ @fcbarcelona #soccer #football #goals

A post shared by Ronaldo de Assis Moreira (@ronaldinho) on

Si sa carrière nous laisse parfois un goût d’inachevé, Gaucho aura marqué l’histoire par quelques prestations XXL réalisées sur les plus grands terrains d’Europe. Comme ce fut le cas un certain 19 novembre 2005, où il fit du Santiago-Bernabéu son jardin.

 

J’ai 15 ans à l’époque, et j’ai deux passions dans la vie : jouer au foot et regarder des matchs. En 2005, les trois quarts des gars de mon club portent le maillot du Barça et ont mis toutes leurs économies dans les Nike Tiempo couleur or de Ronaldinho.

La Seleção est championne du monde en titre. Je suis métis, alors je m’invente des origines brésiliennes… Les copains s’entraînent jour et nuit pour maîtriser l’art du « flip flap » (ou « S »), sortir le plus beau sombrero et claquer le fameux contrôle du dos.

Publicité




Les petits ponts fusent avec ses « ooooohhhhh » humiliants. Tout le monde se la joue Joga Bonito et la planète foot n’attend qu’une chose : le fameux Clasico !

 

Surtout moi. Oui, surtout moi, car j’ai la chance d’assister au match ce jour-là, THE match, celui qui oppose les (« riches ») Galactiques aux (« modestes ») Blaugranas. Celui qu’a choisi –par le plus grand des hasards…– Ronnie pour écrire sa légende. Et celui qu’a choisi mon père pour me faire plaisir. Cela s’appelle le destin.

À ce moment précis du championnat, le Barça compte 1 point de plus que le Real Madrid et est donné favori malgré la pléiade de stars de l’équipe adverse. Et la difficulté de s’imposer dans ce stade mythique.

Le jour J, la ville est en ébullition. La Plaza del Sol s’agite dans tous les sens. Les bars de tous les barrios se remplissent et font péter la cerveza fresca, le jamon, les quesadillas con queso et la sangria.

Le métro en direction du stade est bondé, les socios chantent en cœur et font bouger la rame en sautant. Devant le Bernabéu, il y a foule et tout me paraît immense. Le vent souffle très fort et porte les chants de la Maison blanche.

Lors de l’entraînement, je ne quitte pas le Brésilien des yeux. J’ai enfin le privilège de savourer ses skills, ses jongles décomplexés et ses bar challenge. Il sera plus tard opposé à Sergio Ramos et Michel Salgado.

Zidane, Beckham, R9, Raul, Deco, Eto’o, Messi… ils sont tous là et mon cœur bat à 10 000 à l’heure. J’ai une envie pressante mais tant pis, je ne veux pas perdre une goutte de ce spectacle alors j’attendrai la mi-temps.

 

Le coup d’envoi est donné et le match démarre sur les chapeaux de roue : 32e seconde, Ronnie réalise son premier dribble sur Salgado. Le ballon sort en touche mais tout le monde comprend que le Brésilien est en jambes, et qu’il va certainement sortir ses plus beaux déhanchés.

En première mi-temps, le match est haché mais le Barça domine et Dinho est très actif. Passements de jambes-dribble, sombrero, une-deux en passe aveugle, contrôles pot de colle et une passe millimétrée pour Eto’o qui manque le cadre. Ramos en voit de toutes les couleurs mais Ronnie est pour l’instant loin d’inquiéter Iker Casillas.

La formation de Rijkaard mène tout de même 1-0 à la mi-temps grâce à un bon mouvement de Messi conclu par un pointard des familles de Samuel Eto’o.

Les Madrilènes, frustrés de ne pas avoir produit de jeu, pestent contre l’arbitrage et rentrent aux vestiaires sans même avoir tiré une seule fois au but.

 

Le match reprend. Le Barça fait tourner et tente quelques tirs lointains pour se mettre à l’abri. Ronaldinho arme une frappe des 18 mètres mais Casillas ne tremble pas. La pression monte.

68e minute : contre-attaque du Barça suite à deux offensives du Real repoussées par Marquez. Deco file le ballon à Ronnie, démarqué sur l’aile gauche au niveau de la ligne médiane. Il contrôle, accélère le long de la ligne de touche et efface complètement Ramos qui tacle dans le vide. Pénétrant à toute balle dans la surface de réparation, il temporise, fixe, feinte et crochète Helguera puis enroule à ras de terre fort au premier poteau. Hors de portée de Casillas. 2-0 !

 

Le public est sous le choc. Nous aussi !Le numéro 10 du Barça vient de traverser toute la moitié de terrain pour marquer son but en solo dans un match de très haut niveau. En 50 mètres, 9 touches de balles et 9 secondes, l’artiste s’est débarrassé de toute la formation madrilène devant un Eto’o ébahi. Celui-ci déclarera plus tard, à un journaliste de Barça TV, être « resté là, bouche bée, à regarder dans le vide en murmurant : “Mais qu’est-ce qui s’est passé ?” ».

Vexé, le Real tente de revenir dans la partie et multiplie les occasions. En vain.

 

78e minute : rebelote. Ronaldinho récupère la balle sur l’aile gauche et fonce vers Ramos en un contre un. L’Espagnol ne se jette pas mais recule et se fait manger par l’accélération pied droit pied gauche du Brésilien. Comme sur le 2e but, Casillas sort sans grand espoir. Gaucho l’ajuste d’un plat du pied à ras de terre façon Titi Henry. Imparable. 3-0, les Galactiques sont fanny !

 

Je ne réalise pas trop ce qui se passe mais je saute dans tous les sens. Ronnie a plié le match en l’espace de dix minutes avec deux rushs solitaires. Du jamais-vu dans un clasico. Les joueurs du Real, abattus, errent sur le terrain. Pour couronner le tout, quelques supporters du Bernabéu se lèvent pour applaudir l’esthète auriverde, une image rare dans le football.

 

Le stade se vide, mais moi je reste. Pas question de perdre une miette. Ronaldinho remercie l’au-delà en levant les yeux et en pointant les doigts vers le ciel. Pourtant, ce soir, c’est bien lui le Dieu du stade. Il sera d’ailleurs élu Ballon d’or quelques jours après.

Les dernières minutes n’existent que pour prolonger mon bonheur de faire partie de cette histoire. L’histoire d’un génie qui a, un jour, lors d’un mythique clasico, placé son talent au-dessus des rivalités. Et qu’on n’est pas prêts d’oublier.

 

Quant à moi, j’ai désormais 27 ans et chaque semaine je me repasse le résumé en pensant : « Put*** et dire que j’y étais. »

Article recommandé :

insta EDF

Les joueurs de l’équipe de France sont définitivement rentrés dans le cœur des Français depuis un certain 15 juillet 2018. Mais certains champions du monde partagent davantage le quotidien connecté des supporters que d’autres. Y a-t-il des surprises dans les comptes Instagram les plus populaires ? Peut-être bien…

Lire l’article



Abonnez-vous à notre compte Instagram, c’est ici que ça se passe !


 

 

© YouTube InMessionante, MarcelolevelUP – Instagram ronaldinho – Darz Mol

Publicité





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *