Les “meilleures” reconversions des footeux

Après leur carrière, tous les footballeurs, notamment de haut niveau, ne sont pas destinés à devenir entraîneur ou consultant. Les joueurs que nous allons évoquer ici ont eu d’autres envies, d’aucuns diraient « des idées lumineuses », pour la majorité assez insolites. À vous de juger.

Après le sport, le réconfort… ou pas

Stéphane Guivarc’h

On peut être champion du monde et vendeur de piscines. Dans cet ordre. Stéphane Guivarc’h, prolifique goleador d’Auxerre, Guingamp, Rennes ou Newcastle, était titulaire en finale de la Coupe du monde 98. Muet durant la compétition, il termine sa carrière en 2001 à cause d’une blessure récurrente. S’il a un temps été consultant pour Canal+ –qui ne l’a pas été ?–, ainsi que commentateur pour « Pro Evolution Soccer 3 » –qui s’en souvient ?–, le buteur, à sa retraite, rallie la Bretagne pour vendre des piscines. Ce qui est d’une logique imparable, vous en conviendrez. On attend maintenant avec impatience de savoir ce que va faire Olivier Giroud.

Lilian Laslandes

Toujours dans les buteurs du championnat français, voici le grand blond à bouclettes. D’un niveau inférieur à celui de Guivarc’h (son record en une saison : 15 buts), Lilian Laslandes a passé sept années de sa carrière à Bordeaux. Une histoire d’amour qui a amené l’attaquant, après une dernière pige à Nice, en 2008, à jouer pour les Girondins de Bordeaux… au handball, en Nationale 1. Contre toute attente, il n’est pas meilleur avec ses mains qu’avec ses pieds : son « rêve de gosse » ne durera que huit petits mois.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Chamois Niortais FC (@chamoisniortaisfc) le

 

 

Faustino Asprilla

Les reconversions insolites seraient-elles réservées aux offensifs ? Toujours est-il que Faustino Asprilla, star colombienne des années 90, ne déroge pas à la règle : après une carrière mouvementée, qui l’a amené de Parme à Newcastle en passant par Palmeiras, Estudiantes ou Fluminense, « La Pieuvre » a décidé, en 2014, de devenir fabricant de préservatifs aux parfums fruités. Expert ès-« la mettre au fond », il avait forcément l’expertise pour bosser dans le domaine.

Tim Wiese

Les gardiens ne sont pas en reste, notamment grâce à Tim Wiese. Si, pour un footballeur, jouer la comédie en faisant des roulades sur le gazon n’est pas étonnant, le faire sur un ring l’est déjà davantage. C’est pourtant le choix qu’a fait l’international allemand (6 sélections) : en 2014, à 32 ans, il prend sa retraite et se lance dans une carrière de catcheur. En 2016, l’ex-portier du Werder Brême s’engage avec la WWE (la FIFA du catch) et participe à son premier show TV la même année. Surnommé « The Machine », il a pris près de 30 kg de muscle pour feindre de porter des coups à The Miz ou aux cousins Primo et Epico, de l’équipe des Colons. Classe.

 

George Weah

Premier Ballon d’or non européen, et unique africain à avoir gagné cette récompense individuelle, en 1995, George Weah est également le premier joueur de football à accéder à la présidence de son pays, en l’occurrence le Liberia. Après des passages remarqués à Monaco, au PSG et à l’AC Milan, le buteur prend sa retraite en 2003, suite à quelques années compliquées. Très vite, il embrasse une carrière politique. En 2005, il rate l’élection présidentielle. Il retourne alors à l’école, décroche un diplôme en management et est élu sénateur en 2014. En 2017, Mister George accède enfin au pouvoir suprême, avec 61,5 % des voix (contre 38,5%). Soit une bonne petite raclée. Sans club depuis 2016, le « Président » Laurent Blanc n’aurait-il pas plus de chance de retrouver du travail en s’engageant en politique ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gaëlle Mediem (@gaellemediem) le

 

 

Bonus : Patrice Evra

Pas encore officiellement à la retraite, l’international français est devenu un cinéaste/réalisateur/humoriste/chanteur/Instagrammeur très suivi, une sorte de Norman footeux, mais aux vannes plus-rincées-tu-meurs. Contributeur actif de Malaise TV avec ses courtes vidéos, l’ancien capitaine de Manchester United et des Bleus de Knysna est en pleine déchéance, à 36 ans, mais est assurément plus drôle à voir sur le terrain qu’en dehors. Actuellement sans contrat après un passage quelconque à West Ham (5 matchs en six mois), il s’est surtout fait remarquer à l’OM par ses placements approximatifs et ses coups de pied arrêtés (en plein dans la tronche). Même Marcel Desailly, au rire vidéo bien forcé, nous semble éminemment plus sympathique que Papy Pat, qui a conservé son arrogance malgré ses performances douteuses. Sur et en dehors du terrain, donc.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#Monday laugh 😂 do you know I can’t laugh in public now because I created a monster mr love this game hahaahah #ilovethisgame #positive4evra #laugh

Une publication partagée par Patrice Evra (@patrice.evra) le

 

 

Évidemment, l’article aurait été tout à fait incomplet sans au moins mentionner Lukas Podolski en propriétaire de kebab, Marcelo Salas en producteur de myrtilles, Tony Cascarino en joueur de poker, Gaizka Mendieta en DJ… Et Christophe Dugarry en humoriste.

Abonnez-vous à notre compte Instagram, c’est ici que ça se passe !


 

 

© Superbass/CC-BY-SA-4.0 – Twitter lucdlnnt, TomasGoubin – Instagram chamoisniortaisfc, gaellemediem, patrice.evra – YouTube WWE