successeurs chaines foot

Télé : les nouveaux/futurs boss de l’antenne

Exit les Daniel Lauclair, Pierre Ménès, Christian Jeanpierre… Voici les chefs de file de la « Nouvelle Vague », partis pour durer dans le paysage audiovisuel. Ce ne sont certes pas tous des perdreaux de l’année (certains sont présents depuis quelque temps, et le plus âgé de notre sélection a 40 printemps) mais le vent de fraîcheur qui souffle avec cette relève fait quoi qu’il en soit beaucoup de bien.

Qui sont les successeurs sur les chaînes foot ?

Bertrand Latour (chroniqueur, La chaîne L’Équipe)

Parmi « les nouveaux visages » du paysage médiatique, celui de Bertrand Latour marque par son aspect poupon. À seulement 25 ans –il est le plus jeune de notre gratin–, il est déjà installé dans les émissions de La chaîne L’Équipe (ainsi qu’à RTL, où il anime les plages foot). Sa franchise le rapproche d’un Daniel Riolo –il n’hésite pas à tailler le « faible » foot féminin, par exemple– mais il évoquerait aussi une sorte de Marco Verratti du commentaire sportif : jeune, doué mais très porté sur la fête. Ses collègues à l’antenne le sous-entendent régulièrement, et ses stories Instagram le prouvent…

Successeur de : Daniel Riolo, pour le franc-parler

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bertrand Latour (@bertrandlatour) le

 

 

Mohamed Bouhafsi (animateur-journaliste, RMC Sport)

Jeune lui aussi (26 ans), Mohamed Bouhafsi représente l’avenir de RMC. « Monsieur Mercato » notoire, il est surtout le rédacteur en chef du football dans le conglomérat RMC-BFM. Il y a ajouté la casquette d’animateur télé au lancement de RMC Sport. À la tête de « Breaking Foot », le journaliste multicarte a un réseau énorme, connaît pléthore de joueurs et est notamment proche de ceux qui comptent dans le foot français (les présidents du PSG et de l’OL, pour ne citer qu’eux). Toujours tiré à quatre épingles, Mohamed Bouhafsi incarne à coup sûr l’une des prochaines figures médiatiques d’envergure du ballon rond.

Successeur de : Alexandre Ruiz, pour le côté BG

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mohamed Bouhafsi (@mohamedbouhafsi) le

 

 

Yoann Riou (journaliste, La chaîne L’Équipe)

De très loin celui, au sein de la « relève » (voire des « anciens spécialistes »), qui transparaît comme le plus passionné. Ultra-enthousiaste, Yoann Riou, 40 ans, doyen de notre sélection, officie sur La chaîne L’Équipe, sur laquelle il commente les matchs ou donne son avis en plateau. Cet été, durant la Coupe du monde, on l’a envoyé au casse-pipe à la rencontre des Français pour surfer sur sa nouvelle popularité. Un peu clownesque, il gagnerait à « muscler son jeu » tant il donne l’impression de faire mille courbettes avant d’oser contredire l’un de ses collègues à l’antenne. Ces derniers ne s’embarrassant pas pour ricaner, parfois de manière hautaine, devant ses facéties en duplex… Mais sa passion fébrile, couplée à son humilité, est honnêtement très rafraîchissante. Original dans le milieu, Yoann Riou est bien parti pour durer.

Successeur de : Julien Cazarre, pour les pitreries (parfois à ses dépens)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @glaviotte le

 

 

Laure Boulleau (consultante, Canal+)

C’est le plus « nouveau » des nouveaux visages de cet article : Laure Boulleau n’est apparue à l’antenne qu’en août de cette année, en remplacement de Marie Portolano au « Canal Football Club » (car il ne peut y avoir deux filles sur le plateau ?). Plus consultante que journaliste, l’ex-joueuse du PSG/internationale, 32 ans, a rapidement pris ses marques et délivre des analyses claires et concises, à l’instar du reste du casting. Exception faite de l’inénarrable Pierre Ménès, qui l’a d’ailleurs appelée « Mon chou » en direct. Mais que serait le foot sans un peu de misogynie ordinaire ? Laure Boulleau devrait cependant lui poser un tacle bien senti, comme elle a si proprement su le faire durant sa belle carrière (2003-2018).

Successeur de : Marie Portolano, à proprement parler

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Boulleau (@laureboulleauofficiel) le

 

 

Nicolas Vilas (animateur, RMC Sport)

D’abord spécialiste du foot portugais dans l’« After Foot », puis animateur de cette même émission de radio dès 2013, Nicolas Vilas est aussi présentateur télé depuis l’arrivée des chaînes RMC Sport. L’ascension du journaliste est rapide et son « boss » actuel, Gilbert Brisbois –son pendant chauve et glabre de l’« After », dorénavant diffusé à la télévision–, doit commencer à s’inquiéter pour sa place. Blagueur, un peu décalé, notamment avec son goût immodéré pour les nœuds papillons, Nicolas Vilas, qui démarre toujours son show par un « Ola vivaaaaa ! » –origines portugaises obligent– est plutôt charismatique, avec sa barbe de hipster et ses grosses lunettes. À 35 ans, il est dans la partie depuis quelques saisons déjà mais ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin.

Successeur de : Gilbert Brisbois, pour la ressemblance physique

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Guillaume Debert (@romantique_vintage) le

 

 

Smaïl Bouabdellah (animateur, beIN Sports)

Smaïl Bouabdellah s’est fait repérer lors du Mondial 2014 avec sa danse lors de la victoire de l’Algérie contre la Corée du Sud, sur le plateau d’une émission de beIN Sports. Une joie libératrice pour l’animateur qui se tape le multiplex de la L1, le samedi soir. Il a même été obligé d’inventer le « Total Régal », best of des plus beaux gestes techniques du week-end sur les terrains français, pour ne pas plonger moralement. Le courageux, qui fait cet office depuis 2014, s’en sort même bien, et parvient à faire se passionner les spectateurs pour les Angers-Toulouse ou Reims-Amiens. Pas le moindre des exploits, qui démontre son indéniable talent.

Successeur de : Hervé Mathoux, pour le côté patron

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Smaïl Bouabdellah (@smabouabdellah) le

 

 

Anne-Laure Bonnet ou encore Julien Pasquet auraient pu se joindre à la fête de la succession, mais la demoiselle beIN peine à reprendre le flambau polyglotte de Laurent Paganelli et l’animateur CNews n’aura jamais le charisme de Stéphane Guy, donc…

Article recommandé :

place des supporters dans club

« La moitié des clubs anglais n’a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits. » Vous qui allez au stade régulièrement, il va falloir vous y faire : vous n’êtes plus essentiels au fonctionnement des clubs de foot. Si ce n’est pour avoir des tribunes pleines qui rendent bien dans la petite lucarne. Le fan serait-il donc devenu inutile ?

Lire l’article



Abonnez-vous à notre compte Instagram, c’est ici que ça se passe !


 

 

© Bapti – Instagram bertrandlatour, mohamedbouhafsi, glaviotte, laureboulleauofficiel, romantique_vintage, smabouabdellah