Pourquoi le 12 juillet 1998 devrait être dans les livres d’histoire ?

 

« Je crois qu’après avoir vu ça, on peut mourir tranquille. Enfin, le plus tard possible, mais on peut. Ah c’est super. Quel pied, ah quel pied ! Oh putain ! Olalala ! »

Thierry Roland, 12 juillet 1998

Frissons, joie, pleurs, comment ne pas évoquer de telles émotions après cette déclaration de Thierry Roland le 12 juillet 1998 ? Une date qui restera à jamais gravée dans la mémoire de nombreux français tout comme celle de la France unie ce jour là. Aucun mot n’est assez puissant ni imaginable pour décrire cette soirée incroyable. L’exploit réalisé par les Bleus d’Aimé Jacquet dépassent l’aspect sportif et a créé un véritable mythe autour de cette équipe de France. Alors, on peut se demander, jeune ou vieux, pourquoi le 12 juillet 1998 devrait être dans les livres d’histoire ?

Avant de commencer cet article, je tiens à remercier toutes les personnes ayant répondu à mon sondage. Votre aide a été précieuse pour illustrer mon argumentation.

Un parcours mythique qui relève de l’exploit

Après de nombreuses critiques à son égard, l’équipe de France se doit de confirmer à Marseille lors du premier match de poule face à l’Afrique du Sud. C’est ce qu’elle fera en s’imposant 3-0 grâce à Dugarry ou encore Henry. Le deuxième match est un peu plus difficile à digérer malgré une victoire 4-0 des hommes d’Aimé Jacquet. En effet, le prodige numéro 10 français est exclu, sa suspension le prive d’un éventuel huitième de finale. Enfin, pour clôturer cette phase de poule, les Bleus s’imposent face au Danemark du légendaire Michael Laudrup.

Place aux phases finales désormais avec une opposition face au Paraguay de José Luis Chilavert. Ce dernier dégoûtera l’attaque tricolore durant 114 minutes avant la libération de Laurent Blanc. C’est alors le premier quart de finale de la France depuis celui de 1986 avec l’équipe de Michel Platini.

L’Italie de Del Piero, Maldini ou encore Vieri affronte nos Bleus en quart de finale. Grande affiche ! Cependant, la Squadra Azzura complique le parcours presque irrésistible de l’équipe de France en l’emmenant aux tirs au buts. Le penalty manqué de Di Baggio la qualifie pour une demi-finale contre la Croatie.

Face à cette équipe d’outsider menée par le serial buteur Davor Šuker, la bande de Deschamps montre bien des faiblesses ce soir-là et concède même pour la première fois l’ouverture du score dans cette compétition. Mais, un défenseur guadeloupéen réveille les esprits en inscrivant un doublé mythique car ce sont les deux uniques buts de sa carrière en sélection nationale. Merci Lilian Thuram ! Le philosophe d’Anse Bertrand qualifie son équipe à lui seul malgré une exclusion de Laurent Blanc qui ratera la finale.

La France affronte le Brésil en finale de coupe du monde, tenant du titre. Une nation constituée de l’immense Ronaldo, de Roberto Carlos ou encore de Cafu et qui semblait invincible à cette époque. Ci-dessous, la composition des deux équipes ce soir-là.

N.B. : Laurent Blanc est suspendu pour la finale d’où son absence sur la feuille de match

L’exploit semble impossible, mais, ce 12 juillet 1998 un natif de Marseille d’origine algérienne va à jamais graver son nom sur cet immense trophée. Il inscrira deux buts de la tête que l’on retiendra à jamais avant que Emmanuel Petit scelle la victoire d’une nation toute entière. Son nom, c’est Zinédine Zidane. Servis respectivement par Petit et Djorkaeff, ces deux buts au premier poteau de corner assomment les brésiliens qui ne parviendront pas à revenir malgré une expulsion de Desailly à la 68ème minute. La France remporte alors sa première coupe du monde.

Une France unie

Les Champs-Elysées, quelques instants après la victoire

Ces deux coups de tête de Zidane sont également un autre symbole bien plus forts qu’un événement sportif. En devenant ce soir-là le sportif préféré des français, celui dont le visage illumine l’Arc de Triomphe à lui seul, reflète une France unie et un sentiment de concorde nationale : la France « Black-Blanc-Beur ». On le voit bien sur la photo illustrant cette partie, peu importe l’origine, la religion, le revenu ou encore les opinions de chacun, tout le monde célèbre la même chose : la victoire de la nation dans une compétition de football. Des fumigènes craquent, les gens scandent « Zizou président ! » ou encore « Champions du monde ! », la joie, les pleurs et la consécration se lisent sur les visages des français ce 12 juillet 1998. Cette émotion est palpable dans toutes les régions de France et même à l’étranger.

Les Bleus rentrent à Clairefontaine la nuit vers 3 heures du matin où ils sont célébrés en héros par près de 10 000 personnes.

Un événement aux symboles forts

Afin d’illustrer cette partie, un sondage a été réalisé sur un échantillon de 30 personnes. La question qui leur était posée est la suivante : « si je vous dis l’année 1998, à quoi pensez-vous en premier ? ». Les résultats sont ci-dessous :

 

On remarque en bleu la réponse la plus fréquente à la question : « coupe du monde ». C’est 70% soit 7 personnes sur 10. Cela témoigne la force inconditionnelle que possède cet événement dans la mémoire collective qu’on l’ait vécu ou non. L’effervescence produite durant ces 12 et 13 juillet laissent effectivement une trace indélébile sur la mémoire nationale.
Le lendemain de la victoire, le bus à impériale contenant les joueurs descend les Champs-Elysées. Problème, une marée humaine d’environ 1.5 millions de français viennent célébrer la victoire avec leurs héros. Tout cela est rythmé par les airs de la reprise de la chanson de Gloria Gaynor, I will survive.

L’effet Mondial

L’effet Mondial a souvent été évoqué pour cette période afin de qualifier l’impact positif sur l’économie de la France. Cela correspond au dopage de la croissance et à l’amélioration du moral des ménages. Le dernier exemple connu est bien sûr le deuxième sacre des Bleus en 2018 face à la Croatie. Néanmoins, même avant la remise de ce trophée, l’économie s’est retrouvée boostée de par une consommation plus importante des ménages. Avant la finale selon les économistes, celle-ci aurait augmenter environ de 0,2% sur un an et le PIB de 0,1% en cas de victoire. (source : Franceinfo)

Ce « boom » a également un retentissement sur le sport puisque la presse sportive augmente sa diffusion, les droits-télé connaissent un accroissement qui profite aux clubs professionnels. Le nombre d’abonnés croît tout comme celui des spectateurs. Les retombées sont éphémères :

« Les clubs de jeunes accueillent un mini baby-boom avec une augmentation de 12 % de licenciés »

Jean Garrigues, La France de la VIème République: 1958-2008

Un levier politique ?

Jamais depuis l’arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981 il y a eu une émulation de ce type dans les rues. Un aspect lie 1981 et 1998 : la politique. Cette dernière découle de l’effet Mondial évoqué précédemment. L’opinion des français à l’égard de l’exécutif est impactée par l’intermédiaire du sacre de l’équipe entraînée par Aimé Jacquet. La cote de popularité du Président de la République Jacques Chirac regagne 15 points et celle du Premier Ministre Lionel Jospin 10 points.

En outre, l’effet transitoire sur les problèmes de l’extrême droite française sont illustrés par l’intermédiaire d’un dessin politique de Plantu publié dans L’Express après le sacre : « pendant que l’équipe de France Black-Blanc-Beur chante la Marseillaise et que le peuple français acclame Thuram, Zidane et Karembeu, un collaborateur console Jean-Marie Le Pen en disant : « Ne pleure pas, Jean-Marie ! Si ça se trouve, la finale du prochain Mondial, ce sera peut-être Nigeria-Cameroun, » sur quoi Le Pen, tombe de sa chaise à la renverse ».
Cette union « Black-Blanc-Beur » faisant face à l’extrême droite est décrite par l’historien Pascal Blanchard :

Il intervient surtout dans un moment singulier sur le plan politique où la question de l’immigration post-coloniale occupe une place de plus en plus importante. (…) La France s’interroge sur son immigration. La victoire des Bleus participe de cette problématique. Enfin dans ce cadre, tout devient politique autour du titre de l’EDF : les déclarations des politiques bien sûr, des célébrités, des écrivains, dans la presse, même la pub avec Zidane président… Il s’agit bel et bien d’un moment historique au sens fort du terme.

Pascal Blanchard

A savoir également que le sélectionneur Aimé Jacquet est décoré de la légion d’honneur le 14 juillet 1998. Les joueurs sont quant à eux décorés le 1er décembre de cette même année.


CONCLUSION

Quand on regarde tous les points évoqués, 1998 c’est une période de « mini-boom » poltico-économique et surtout d’effervescence pour la France de Chirac. Une joie mémorable qui continuera 2 ans plus tard avec la victoire de la France face à l’Italie en finale de l’Euro 2000. Le sacre face à la Croatie en 2018 fait le sujet de nombreuses comparaisons à celui traité aujourd’hui. De nombreux points diffèrent des deux, mais, n’oublions pas qu’en 1998 un seul homme a décoré son visage de l’Arc de Triomphe, le dernier français vainqueur du Ballon d’Or, celui que tout le monde acclame, le sportif préféré des français, Zinédine Zidane.

La suggestion du jour

Afin d’aborder cette problématique différemment, je vous recommande l’excellent documentaire disponible sur Netflix s’intitulant « Le Jour Parfait ». Il raconte la journée du 12 juillet 1998 par des témoignages de nombreux français présents au stade, dans les régions de France et même hors du territoire.

Pour ceux qui ne disposent pas de la plateforme, TF1 a mis en ligne sur son site les plus beaux matchs des Bleus de la demi-finale France-RFA en 1982 à la finale France-Croatie. France-Brésil 1998 est bien entendu disponible.



Le mot de la fin

Ceci termine ce nouvel article sur Passe D. Assez plaisant à écrire et riche en documentation, j’espère que ce dernier pourra vous raviver de sensations fortes comme cela a été le cas personnellement. Pour ma part, cet événement représente énormément dans l’histoire de notre pays puisqu’il a ainsi mis en avant la forte identité culturelle métissée que possède la France. J’en suis d’autant plus fier car une partie de l’histoire de mon prénom découle de l’un des héros de la compétition. A bientôt et un grand merci aux Bleus de 1998 et 2018 pour ces émotions procurées !