Où Franck Ribéry aurait-il pu jouer ?

Le marché des transferts devient chaque année de plus en plus étonnant. Le mercato d’été 2019 ne déroge pas à la règle, entre transferts farfelues, indemnités hallucinantes et rumeurs foireuses. Naturellement, Passe D se pose beaucoup de questions durant cette période et a décidé de vous faire partager tout ça. Le sujet qui nous intéresse, en ce mercredi 21 août, est le suivant : où Franck Ribéry aurait-il pu jouer ?



« Je pense qu’on espère qu’on va gagner »



Après douze années au Bayern Munich, le Français de 36 ans a choisi la Fiorentina pour poursuivre sa très belle et longue carrière. Franck Ribéry a signé aujourd’hui un contrat de deux ans chez le 16e de la dernière édition de la Serie A, qui s’est sauvé de la relégation à l’avant-dernière journée du championnat. La Viola ne jouera pas de coupe d’Europe, cette saison, mais pour retrouver les sommets, a recruté Kevin-Prince Boateng, qui a fait une pige en remplaçant de luxe au Barça la saison passée, et, donc, Franck Ribéry. Selon nous, à Passe D, l’ex-ailier de Galatasaray et du FC Metz aurait quand même pu viser plus haut que la Fio. En revenant, par exemple, en France, où plusieurs clubs auraient pu largement l’accueillir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ciao amico mio! 😉👌🏼 #ForzaViola

Une publication partagée par Franck Ribéry (@franckribery7) le

L’OM, en premier lieu. Le club phocéen, qui a perdu son ailier gauche titulaire cet été, Lucas Ocampos, parti à Séville, semblait tout désigné pour remplacer l’Argentin par son ancien joueur de 2005 à 2007. Spécialisé dans les recrutements d’éléments impossibles à revendre – Dario Benedetto, Alvaro Gonzalez, Patrice Evra, Steve Mandanda, Adil Rami ou Kevin Strootman lors de ces derniers mercatos -, l’OM aurait pu continuer sur cette voie avec Franck Ribéry, qui est cependant d’un tout autre calibre que ceux cités précédemment, et qui jouait encore la Ligue des Champions et la Bundesliga l’an dernier avec des stats pas dégueu’ : 7 buts et 4 passes décisives en 38 apparitions. C’est aussi bien que celles de Lucas Ocampos – 40 matchs, 5 buts, 8 passes d’.

Si l’OL et le PSG semblent trop bien fournis en attaque pour être intéressés par Franck Ribéry, le natif de Boulogne-sur-Mer aurait par contre pu rendre de gros services en Europa Ligue au Stade Rennais ou à l’AS Saint-Etienne, qui ont des effectifs peu habitués aux joutes européennes. Le club breton a préféré miser, en ailier gauche, sur Flavien Tait, piste moins onéreuse en salaire et plus jeune – 26 ans –, mais qui va découvrir la coupe d’Europe seulement cette saison avec Rennes. De son côté, l’AS Saint-Etienne a remplacé Rémy Cabella, parti en Russie, par Ryad Boudebouz – 29 ans, 3,5M d’euros de transfert – et a recruté pour 4,5M d’euros le Nîmois Denis Bouanga, 24 ans, pour son aile gauche.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le premier but sous mes nouvelles couleurs @asseofficiel 💚 Thank you @ar_nordin 😉

Une publication partagée par BOUANGA DENIS 🍀 (@bouanga_20) le

Plus bas dans le classement, Bordeaux, qui a débauché le vieillissant Laurent Koscielny (34 ans en septembre), aurait pu aussi s’adjoindre les services de l’ancien du Bayern Munich, tout autant que l’OGC Nice, club spécialiste des coups clinquants – Wesley Sneijder, Mario Balotelli – et qui a de gros besoins en attaque, selon son coach, Patrick Vieira, lequel a joué le Mondial 2006 avec Ribéry. Enfin, last but not least, l’ancien Munichois n’aurait pas été de trop sur le Rocher, pour aider Wissam Ben Yedder, Cesc Fabregas et Gelson Martins à amener l’AS Monaco en coupe d’Europe. Club riche, qui a un régime fiscal particulier, Monaco aurait largement pu s’aligner sur le salaire de Franck Ribéry, qui va émerger à 4,5 millions d’euros pendant deux ans à la Fiorentina. Si Rennes et l’AS Saint-Etienne auraient certainement eu du mal à donner de tels émoluments au joueur, c’était assurément dans les cordes de l’ASM et de l’OM, lequel paie Dimitri Payet, Kevin Strootman et Luiz Gustavo plus que ça – 5M par an.

Sauf que, et c’est peut-être là la principale raison du non-retour de Franck Ribéry dans son pays, le joueur de 36 ans est mal aimé en France, par le public. Malgré une carrière énorme – 12 ans au Bayern, 81 sélections en EDF, 1 Ligue des Champions, 9 Bundesliga -, le Français souffre de son image de « caïd immature » qu’il a en partie héritée de l’affaire Knysna, en 2010. Juste avant le Mondial, l’ailier du Bayern Munich s’était déjà fait remarquer pour avoir débordé Zahia Dehar, mineure à l’époque des faits : la justice s’en était mêlée, et la presse aussi, assombrissant encore plus l’image de Franck Ribéry dans son propre pays. Le néo-joueur de la Fio a avoué, plus tard, avoir été heurté par ce déchaînement public et médiatique contre lui, et en mai 2019, sur Téléfoot, le Munichois avait annoncé fermement qu’il ne viendrait pas en France à la fin de son contrat en Allemagne. Il a tenu parole. Pour rappel voici ce qu’il avait déclaré en 2013 :
« Parce qu’en France, dans mon pays, on trouvait toujours un truc à me reprocher. Bien sûr qu’en dehors du foot j’ai fait des conneries. Tout le monde en fait. Mais j’ai fait aussi beaucoup pour ma sélection au niveau professionnel. Trop de choses se sont accumulées autour de moi. Je ne supportais plus une certaine hypocrisie ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mercurial Collector™ (@mercurialcollector) le



Cependant, Franck Ribéry aurait réellement pu voir plus haut que la Fiorentina : des clubs qui jouent l’Europe, comme Naples, l’Inter ou l’AS Rome, en Italie, auraient pu l’accueillir, tout comme Valence et Séville en Espagne, ou Manchester United et Arsenal en Angleterre. Enfin, comme son ex-compère chez les Bleus, André-Pierre Gignac, Franck Ribéry aurait pu filer au Mexique pour y être adulé, ou rejoindre l’Argentine, à l’image de la légende italienne Daniele De Rossi, qui a enfilé le mythique maillot de Boca Juniors, cet été, à 36 ans.
Le compère d’Arjen Robben a finalement décidé de rejoindre la Viola, en Serie A : on continuera assurément, à Passe D, à y suivre ses exploits.

pub