La Serie A s’annonce comme le championnat le plus sexy de la saison

Le marché des transferts devient chaque année de plus en plus étonnant. Le mercato d’été 2019 ne déroge pas à la règle, entre transferts farfelues, indemnités hallucinantes et rumeurs foireuses. Naturellement, Passe D se pose beaucoup de questions durant cette période et a décidé de vous faire partager tout ça. Le sujet qui nous intéresse, en ce Jeudi 5 septembre, est le suivant : quel bilan pour le mercato en Serie A ?



Le championnat italien est très excitant cette année !



Depuis l’arrivée de Cristiano Ronaldo dans le championnat italien, celui-ci brille de mille feux et attire beaucoup de très bons joueurs. On ne va pas se mentir, la loi fiscalement avantageuse pour les footballeurs étrangers, qui est entrée en vigueur l’an passé, doit y être un peu pour quelque chose… Et la volonté de faire – enfin – tomber la Juventus, qui règne sur le championnat d’Italie depuis 2012, également. Mais ça risque d’être très compliqué pour Naples, l’Inter, la Lazio, la Fiorentina ou la Roma, vu le mercato d’été du club coaché cette saison par Maurizio Sarri, qui débarque de Chelsea. Le club turinois s’est renforcé dans toutes les lignes : Gianluigi Buffon est revenu de sa pige au PSG pour jouer la doublure du Polonais Wojciech Szczesny – quel nom compliqué ! Le prodige néerlandais Matthijs De Ligt a été recruté pour 75 millions d’euros plus 10,5 millions de bonus, et va être en première ligne après la blessure pour six mois de Giorgio Chiellini – rupture des ligaments croisés. Sur le côté droit de la défense, João Cancelo est parti à Manchester City en échange de Danilo. Au milieu du terrain, la Vieille Dame a chopé libre Aaron Ramsey et Véronique… euh Adrien Rabiot, et devant, Gonzalo Higuain a suivi Maurizio Sarri, en revenant de prêt de Chelsea, et en prenant la place de Mario Mandzukic, pas inscrit sur la liste du club pour la Ligue des Champions. Paulo Dybala, courtisé par le PSG, n’est pas parti, ni Blaise Matuidi, à qui on promettait le banc de touche – c’est plutôt Adrien Rabiot, Rodrigo Bentancur ou Emre Can qui l’ont squatté à sa place lors des deux premières journées de Serie A. Bref, la Juventus reste, encore et toujours, une véritable machine de guerre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

⚪⚫ BIANCONERI 🙌🙌🙌🙌 #FinoAllaFine #ForzaJuve

Une publication partagée par Juventus Football Club (@juventus) le

Derrière elle, cependant, on s’est bien renforcés. Particulièrement à l’Inter. Les Nerazzuri ont débauché l’Italien Antonio Conte, trois fois champion de Serie A avec la Juve entre 2012 et 2015. S’il a perdu quelques très bons joueurs durant l’intersaison – Ivan Perisic, Mauro Icardi, Radja Nainggolan -, l’ancien coach de Chelsea a récupéré les jeunes et très prometteurs milieux italiens Stefano Sensi et Nicolo Barella, les revanchards de Manchester United, Romelu Lukaku et Alexis Sanchez, et l’expérimenté Diego Godin. Soit du très lourd, d’autant que l’équipe était déjà intéressante sans eux – Samir Handanovic, Milan Skriniar, Marcelo Brozovic notamment.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Inter (@inter) le

Du côté de Naples, le mercato a été un peu moins spectaculaire… sauf au poste de gardien de but, où David Ospina, Alex Meret et Orestis Karnezis n’étaient pas au club la saison dernière ! La formation dirigée de mains de maître par Dino de Laurentiis a néanmoins réussi un gros coup, en chipant Kostas Manolas à l’AS Roma pour la modique somme de 36 millions d’euros. Hirving Lozano pour 38M semble être également une bonne idée, tout autant que le recrutement de Fernando Llorente, libre de tout contrat, et qui, à 34 ans, peut être une bonne doublure à Dries Mertens, en plus d’amener un peu de taille devant. Déjà complète, l’équipe, qui a terminé deuxième de Serie A la saison dernière, n’avait en réalité pas besoin de beaucoup plus de lifting. Contrairement au Milan AC, par exemple.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SSC Napoli (@officialsscnapoli) le

Le dorénavant deuxième club de Milan n’en finit pas de se chercher un visage plus décent. Cet été encore, l’équipe a été modifiée de fond en comble : exit Ricardo Montolivo, André Silva, Tiémoué Bakayoko, Diego Laxalt, Ivan Strinic, Patrick Cutrone ou encore Ignazio Abate ; bonjour Théo Hernandez, Léo Duarte, Ismaël Bennacer, Rade Krunic, Rafael Leão et Ante Rebic. Gennaro Gattuso a aussi pris la porte, pour laisser la place à l’ancien coach de la Sampdoria, Marco Giampaolo. Mais on ne sait pas, en réalité, si le Milan AC a gagné au change, que ce soit sur le terrain ou sur le banc, malgré quelques bonnes idées – Ismaël Bennacer, Ante Rebic…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🔝 Six new faces for the Rossoneri 🔴⚫ #ForzaMilan

Une publication partagée par AC Milan (@acmilan) le

Dans la capitale italienne, à l’AS Roma plus précisément, on a cherché, cet été, à faire table rase du court passage de Monchi au club (été 2017-mars 2019). Beaucoup de ses « poulains » qui étaient encore là ont quitté le club, en prêt ou en transfert sec : Steven N’Zonzi (Galatasaray), Maxime Gonalons (Grenade), Ante Coric (Almeria), Robin Olsen (Cagliari), Patrik Schick (RB Leipzig), Grégoire Defrel (Sassuolo)… Seuls quelques uns ont survécu – Nicolo Zaniolo, Aleksandr Kolarov, Lorenzo Pellegrini, Cengiz Ünder -, parfois difficilement – Javier Pastore, Justin Kluivert -. Ils ont été rejoints par une cargaison de joueurs en prêt : Jordan Veretout, Chris Smalling, Davide Zappacosta, Nikola Kalinic, Henrikh Mkhitaryan… Malgré la qualité des nouveaux arrivants, le mélange s’annonce bien délicat, d’autant que la légende Daniele De Rossi, parti pour une dernière pige à Boca Juniors, ne sera pas là pour rameuter les troupes romaines…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par AS Roma (@officialasroma) le

Enfin, cette saison, les Français tourneront souvent leur regard vers l’équipe au maillot violet du championnat, la Fiorentina, qui a eu la bonne idée de recruter Franck Ribéry, libre de tout contrat après son départ du Bayern Munich. L’ailier de 36 ans a rejoint Kevin-Prince Boateng, qui a quitté le Barça après une pige de six mois. L’attaque qu’ils vont former avec le prodige Federico Chiesa s’annonce indéniablement prometteuse à voir jouer… Mais peu de chance de les voir truster le top 4 du championnat, d’autant qu’on n’a pas encore cité la Lazio, qui n’a perdu personne – Sergej Milinkovic-Savic, Ciro Immobile, Joaquin Correa et Luiz Alberto sont toujours là.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ACF Fiorentina (@acffiorentina) le



En bref, la Serie A, grâce à un mercato un peu fou-fou et diablement séduisant, s’annonce comme le championnat le plus sexy de la saison. Vous pouvez faire confiance à Passe D sur ce coup-là : suivez-le avec grande attention !

pub