Qui a fait le meilleur mercato en L1 ?

Le marché des transferts devient chaque année de plus en plus étonnant. Le mercato d’été 2019 ne déroge pas à la règle, entre transferts farfelues, indemnités hallucinantes et rumeurs foireuses. Naturellement, Passe D se pose beaucoup de questions durant cette période et a décidé de vous faire partager tout ça. Le sujet qui nous intéresse, en ce mardi 3 septembre, est le suivant : qui a fait le meilleur mercato en L1 ?



Un jour son nom était inscrit sur la tour Eiffel



Si on répondait un autre club que le PSG, vous nous en voudriez ? Le club de la capitale, après un début de mercato efficace mais qui n’a pas fait beaucoup de vagues dans le sens des arrivées, s’est activé le dernier jour, en faisant signer le portier Keylor Navas, comme c’était attendu, mais surtout en se faisant prêter une saison l’Argentin Mauro Icardi. Un énorme coup sur le papier, tant l’ex-capitaine de l’Inter est un très bon attaquant – il reste sur 40 buts lors deux dernières saisons en Serie A. Mais sa venue comprend quelques risques pour l’entraîneur Thomas Tuchel, en termes d’organisations de jeu et de management des égos : avec Neymar, Kylian Mbappé, Edinson Cavani, Mauro Icardi et Angel Di Maria aux postes offensifs, sans compter Pablo Sarabia et Julian Draxler, qui peuvent évoluer plus bas au milieu, et Eric-Maxim Choupo-Moting, destiné au banc de touche, l’Allemand va devoir gérer un contingent de joueurs de très haut niveau, qui vont tous avoir envie de jouer. Leur prolifération fait que, a priori, ils ne pourront pas être tous les cinq sur le terrain en même temps… Le très riche PSG a forcément des problèmes de (très) riches. Du reste, si on exclut les problèmes des latéraux gauches et droits, que le club n’a pas su régler, Paris a recruté un gardien de haut vol – Keylor Navas -, un milieu défensif – Idrissa Gueye -, a compensé le départ d’Adrien Rabiot – Ander Herrera – et dispose de solution de rechange en attaque – Pablo Sarabia, Mauro Icardi. Et avec le non-départ de Neymar, le PSG s’est donc assurément renforcé, cet été.

C’est également le cas de quelques autres clubs en L1, parmi lesquels Nice et Rennes. Le premier a vu débarquer, quelques jours avant la fin du mercato, un nouveau propriétaire, le Britannique Jim Ratcliffe, qui possède déjà l’équipe de vélo Ineos, dont est issu le dernier vainqueur du Tour de France, Egan Bernal. Si sa nouvelle acquisition ne devrait pas, sauf énorme surprise, remporter la Ligue 1, Jim Ratcliffe peut au moins espérer faire quelque chose d’intéressant, vu le recrutement – tardif – et l’effectif initial des Niçois. En effet, Kasper Dolberg (Ajax), Stanley N’Soki (PSG) et Adam Ounas (Naples) sont arrivés sur la Côte d’Azur dans les deniers jours du mercato, et le prodige Youcef Atal est resté, tout autant que certains hommes forts, dont Walter Benitez, Adrien Tameze, Dante et Wylan Cyprien. De quoi faire une belle équipe, sous les ordres de Patrick Vieira.

De son côté, le Stade Rennais, s’il a perdu Benjamin André, Ramy Bensebaini, Ismaïla Sarr ou encore Tomas Koubek, a su se renforcer intelligemment. Dans les bois, Edouard Mendy a quitté Reims pour seulement 4M, l’expérimenté Jérémy Morel est arrivé de l’OL pour les joutes européennes, tout comme le flop sévillan et ancien rennais Joris Gnagnon (22 ans). Au milieu, le très intéressant Jonas Martin a été transféré de Strasbourg pour à peine 4M, et devant, Mbaye Niang a été recruté définitivement par le club, qui a également fait signer Flavien Tait. Cerise sur le gâteau : le dernier jour du mercato, la pépite brésilienne du Sporting, Raphinha, a signé pour 20 patates. Si la mayonnaise prend, Rennes devrait inquiéter du monde en championnat.

A un degré moindre, l’OL n’a pas mal recruté, loin s’en faut, mais a surtout beaucoup perdu. Ferland Mendy, Nabil Fekir et Tanguy Ndombélé en moins dans une équipe, ça va a priori se remarquer, malgré l’arrivé d’un très bon joueur, Thiago Mendes, et de plusieurs promesses – Joachim Andersen, 23 ans ; Youssouf Koné, 24 ans ; Jeff Reine-Adelaïde, 21 ans. Celles-ci devront confirmer sur la longueur, après un départ canon en L1 (Monaco 0-3 OL ; OL 6-0 Angers) obscurcit par deux contre-performances (Montpellier 1-0 OL ; OL 1-1 Bordeaux), qui rappellent cruellement la saison passée des Lyonnais… Charge au nouveau coach, Sylvinho, qui peut compter sur un effectif fourni et complet, d’éviter les errements du passé.

A l’OM, par contre, on n’a pas su les éviter, ces errements. Sans le sou après une saison dernière catastrophique, Marseille a dû se chercher, avec un maigre pécule, un nouvel attaquant, après le départ de Mario Balotelli. Dario Benedetto a débarqué au club pour 14 millions d’euros, et semble avoir le profil pour réussir au Vélodrome, comme l’atteste son match contre Saint-Etienne, dimanche. C’est également le cas de son compère hispanophone, le défenseur central Alvaro Gonzalez, venu de Villareal en prêt. Mais l’effectif olympien semble bien trop léger pour atteindre le podium, surtout après le départ de Luiz Gustavo, qui n’a pas été compensé par l’arrivée de Valentin Rongier. Au milieu, trois joueurs expérimentés se partagent… trois postes – Kevin Strootman, Morgan Sanson, Maxime Lopez. A gauche, Jordan Amavi est tout seul, il n’y a que trois arrières centraux de métier, et devant, sur les ailes, peu de solution de rechange, après les départs encore non-compensés de Lucas Ocampos et Clinton Njie. André Villas Boas va suer à la première absence…

A Monaco aussi, on va avoir chaud… dans le vestiaire, tellement on y sera serré. Malgré un gros coup – Wissam Ben Yedder – et quelques bonnes idées – Ruben Aguilar, Benjamin Lecomte, Islam Slimani en prêt -, Monaco semble naviguer à vue, en dépensant à tout-va – 135M cet été, record en L1. En attaque, malgré le départ de Radamel Falcao, il y a 6 avants-centres pour deux postes de titulaires. Et Leonardo Jardim semble à bout de souffle, avec zéro victoires en quatre matchs, en ce début de championnat, dont 2 défaites 0-3. Encore une saison galère pour l’AS Monaco ?



Du côté du LOSC aussi, on peut s’inquiéter, même si le début de saison est intéressant : en perdant Nicolas Pépé et Thiago Mendes, la machine bien huilée de Christophe Galtier s’en est trouvé indéniablement modifiée. Si on peut saluer le recrutement de Benjamin André, voire de Renato Sanches, malgré l’incertitude entourant le Portugais, le reste des arrivées se partagent entre jeunesse et inexpérience : Timothy Weah (20 ans), Victor Osimhen (19 ans), Tiago Djalo (19 ans), Domagoj Bradariv (19 ans)… En Ligue 1 comme en Ligue des Champions, ça pourrait ne pas pardonner.

Derrière le PSG, le grand vainqueur du mercato français, réside donc pas mal d’incertitudes un peu partout en L1. C’est ce qui fait aussi l’intérêt du championnat français – oui, Passe D, tel un président lambda du championnat, essaie de vous vendre la L1 comme il peut.

pub