casquette

Un expert “GQ” décrypte l’art de la casquette

Du côté de chez nous, Bernard Lama et Oliver Kahn avaient bien tenté de légitimer la mode casquette dans les années 90, en l’arborant jusque sur le terrain de foot… En vain. Non, européennement parlant, la mayonnaise n’a pas totalement pris avec la discipline du café crème et du caviar. Toutefois, la nouvelle génération de footballeurs, menée par Mbappé, Griezmann, Aubameyang et consorts, cède instinctivement à l’influence de la snapback américaine, hors du pré. Pour tenter d’expliquer ce retard à l’allumage dans les rues de France, de Navarre et d’ailleurs sur le continent, Julien Lambea, journaliste mode pour GQ, apporte comme chez Feu Vert sa « patte de l’expert ». Une analyse transversale, presque mathématique, qui permet de comprendre par A+B le port de la casquette dans l’Ancien Monde, et par M+C–N l’élimination du PSG en LDC.

Publicité





 

Passe D. Salut Julien, nous avons besoin de tes lumières. Peux-tu nous dire comment la casquette de sport est devenue un accessoire de mode urban, aux États-Unis ?

Julien Lambea. Si la casquette de base-ball a commencé à faire son trou hors du contexte sportif dans les années 80, avec le succès de la série Magnum (Tom Selleck y arbore fréquemment un modèle des Detroit Tigers), elle est véritablement devenue un accessoire de mode urbaine en 1996 ; Spike Lee a demandé à New Era, équipementier officiel pour les casquettes de Major League Baseball (MLB) depuis 1993, de lui produire une version rouge des New York Yankees assortie à son blouson (rouge). New Era a accepté, Spike Lee l’a portée pendant un match et elle s’est répandue comme une traînée de poudre. Jusque-là, les casquettes de base-ball n’avaient jamais été déclinées autrement que dans le coloris officiel des équipes (bleu marine et blanc pour les Yankees). Ça a ouvert tout un champ de possibilités du côté mode, notamment pour associer sa casquette à sa tenue et, surtout, à ses sneakers, un autre accessoire important dans le monde du streetwear.

 

Selon toi, pourquoi observe-t-on une différence entre les casquettes des franchises US, plutôt axées « snapback », et celles des clubs européens, plutôt classiques ?

La casquette officielle des joueurs de base-ball US est la 59Fifty de New Era, conçue en 1954. C’est un modèle « fitted » (il faut choisir la taille en fonction de son tour de tête) à six panneaux, habituellement vendu avec une visière plate. Certains joueurs (et donc leurs fans) incurvent la visière eux-mêmes. Traditionnellement, la 59Fifty est le modèle préféré des aficionados de la MLB. On trouve aussi des casquettes de base-ball avec des visières déjà incurvées et des languettes (ou des brides à l’arrière) pour pouvoir l’ajuster soi-même sans avoir besoin de choisir de taille au préalable ; on parle alors de snapback. En Europe, la casquette ne fait pas partie de l’uniforme officiel des clubs. Les supporters voudront plutôt exhiber les couleurs de leur équipe favorite, quelle que soit la forme de la casquette.

 

La culture de la casquette n’a jamais totalement fait l’unanimité en France. Comment y remédier ?

Depuis quelques années, en France, on voit davantage de casquettes qu’auparavant. Les marques de mode en proposent de plus en plus, New Era a ouvert des boutiques en Europe et les célébrités en mettent beaucoup (étrangement, pour des questions d’anonymat…). Malgré l’importance de la culture rap, qui a massivement adopté cet accessoire (en partie grâce à Spike Lee ?), ça ne prend pas effectivement pas autant qu’aux États-Unis. Notamment parce qu’il n’y a pas ce phénomène d’identification aux joueurs et à leur uniforme. Le base-ball n’intéresse pas grand monde, en France.

 

Est-ce possible de porter une casquette de club, en France, sans avoir l’air ringard ? Si oui, comment ?

Une casquette de club de foot, ça risque d’être compliqué, à part peut-être si c’est porté au second degré voire bien intégré dans une tenue, au niveau des couleurs par exemple. Une casquette de base-ball (ou de NBA/NFL) aux couleurs d’un club américain, c’est plus accepté et plus à la mode, étant donné que le côté « supporter » n’entre pas vraiment en jeu en Europe. La casquette des New York Yankees est même entrée au musée, récemment, pour l’exposition « Items : Is Fashion Modern ? », au MoMA (Manhattan). C’est un classique du style américain, un peu comme un jean Levi’s.

 

 

En parallèle à ces conseils/éclaircissements, nous n’avons pas pu résister à l’envie, altruistes que nous sommes, de vous délivrer quelques ouvertures millimétrées, qui pourraient se transformer en passe D.

Publicité




 

L’inévitable Yankees

Faut-il encore la présenter ? Avec sa visière incurvée, la célèbre casquette noire des Yankees s’est imposée comme un must have en l’espace de trois ans. Sobre, mais tout autant efficace, cette pièce signée New Era annihile toute faute de style et vous offre une petite touche new-yorkaise, sans le décalage horaire ! Prix : 19,99 euros.

casquette yankees
Casquette New Era New York Yankees – Lien vers La Boutique Officielle

 

L’alternative Braves

La franchise d’Atlanta n’est pas la plus connue, mais certainement l’une des plus anciennes : fondée en 1871 à Boston (les Red Stockings, originellement), elle déménage à Milwaukee en 1953, pour finalement s’établir définitivement dans le QG de Coca-Cola en 1966. Toujours est-il que les Braves sont l’une des trois équipes américaines à avoir dépassé la barre des 10 000 victoires en MLB. Une parenthèse historico-sportive qui fait la part belle à un modèle ’47 vintage et épuré. Soit le compromis idéal pour vous distinguer et revendiquer un savoir très pointu…

casquette braves
Casquette ’47 Atlanta Braves – Lien vers La Boutique Officielle

 

L’éternelle Vieille Dame

L’an passé, la Vieille Dame s’est refait une jeunesse avec un nouveau logo. Si le lifting a dans un premier temps suscité une pointe de déception de la part des tifosi, le rafraîchissement fait aujourd’hui l’unanimité. Plus moderne, plus léché, le blason actuel de la Juve se pose ici à merveille sur la casquette du club. Passe-partout mais classe juste ce qu’il faut, cet accessoire a tout pour devenir votre couvre-chef estival. Histoire de se dire que, même absente du Mondial, l’Italie n’est jamais bien loin. Prix : 17 euros.

casquette juve
Casquette Juventus Turin – Lien vers Pro:Direct Soccer

 

La streetwear Man U

Si Manchester a du mal à traduire la beauté de son jeu dans le « Theatre des rêves », force est de constater que le mythique club anglais n’a aucune difficulté à tisser cet esthétisme dans l’univers de la mode. En témoigne ce modèle 9FIFTY à l’effigie des Diables rouges siglé New Era. À défaut d’améliorer les performances des hommes du « Mou », le fabricant de casquettes propose une pièce d’un beau gris chiné qui devrait aisément bonifier votre look urbain. Prix : 35 euros.

Article recommandé :

place des supporters dans club

« La moitié des clubs anglais n’a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits. » Vous qui allez au stade régulièrement, il va falloir vous y faire : vous n’êtes plus essentiels au fonctionnement des clubs de foot. Si ce n’est pour avoir des tribunes pleines qui rendent bien dans la petite lucarne. Le fan serait-il donc devenu inutile ?

Lire l’article



Abonnez-vous à notre compte Instagram, c’est ici que ça se passe !


casquette manchester united
Casquette New Era Manchester United – Lien vers New Era

 

 

Un grand merci à Julien Lambea. Retrouvez tout l’univers des experts en style GQ sur leur site, Insta, Twitter et Facebook.
© New Era – Adidas/Juventus Turin – ’47/Atlanta Braves/La Boutique Officielle – New Era/New York Yankees/La Boutique Officielle

 

Publicité