Quelle est la stratégie du PSG pour Xavi Simons ?

Le marché des transferts devient chaque année de plus en plus étonnant. Le mercato d’été 2019 ne déroge pas à la règle, entre transferts farfelues, indemnités hallucinantes et rumeurs foireuses. Naturellement, Passe D se pose beaucoup de questions durant cette période et a décidé de vous faire partager tout ça. Le sujet qui nous intéresse, en ce mercredi 24 juillet, est le suivant : quelle est la stratégie du PSG pour Xavi Simons ?



Rappelez vous, on avait déjà mis en lumière le petit Xavi Simons dans notre édito sur les 4 pépites plus connues sur insta que sur le terrain


Après des mois interminables où le manque était criant, le PSG s’est enfin décidé à recruter au poste où il a le plus de besoin : celui de numéro 6. Le club de la capitale a tourné son regard vers le FC Barcelone, et a piqué… Xavi Simons, 16 ans, au club catalan. Le Néerlandais, qui n’a jamais encore évolué avec l’équipe première du Barça, a signé son premier contrat pro au PSG, d’une durée de trois ans. Si le club de la capitale devrait, selon L’Equipe, mettre la main dans ses prochaines heures sur un milieu défensif prêt à l’emploi immédiatement, en la personne d’Idrissa Gueye, le Sénégalais de 29 ans d’Everton, interrogeons-nous sur l’intérêt de piquer le très médiatisé Xavi Simons au FC Barcelone.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Xavi Simons (@xavisimons) le

Selon la presse catalane, qui peut être – ou pas – mauvaise perdante dans l’histoire, Xavi Simons n’a pas été conservé coûte que coûte par le Barça, et sa perte n’est donc, en soi, pas un drame. D’après Mundo Deportivo, le club catalan aurait en effet proposé au jeune Néerlandais « que » 200 000 euros par an pour continuer l’aventure dans les équipes de jeunes du club, avec la perspective de faire ses débuts en Youth League et en équipe réserve. Pourtant, d’autres prospects moins connus issus également de la Masia, comme Ilaix Moriba, ont reçu des offres supérieures financièrement pour continuer à se former en Catalogne – Moriba aurait accepté un salaire trois fois supérieur, avec une clause libératoire de 100 millions d’euros. Le niveau de jeu de Xavi Simons serait en effet en train de stagner, selon les observateurs du club catalan, et les dirigeants du Barça verraient aussi d’un mauvais œil ce que son agent, Mino Raiola, fait de lui.

Plus connu en-dehors des terrains que dessus, Xavi Simons est une star sur les réseaux sociaux : 1,7 millions de personnes le followent sur Instagram, soit plus que l’OM (1,1M), Nabil Fekir (993 000) ou… Idrissa Gueye (250 000). Le Néerlandais, fils d’un ancien attaquant de l’Ajax qui lui a donné le même prénom que Xavi Hernandez, est également une égérie Nike. La firme américaine a même créé un logo à ses initiales, « XS ». Comme beaucoup de joueurs déjà pros, Xavi Simons est un produit médiatique. Mais lui l’est avant d’être un footballeur accompli. Voire un footballeur tout court, puisqu’il ne compte aucune apparition dans un match professionnel. Le risque évident d’une telle surmédiatisation est d’en oublier le jeu et le travail, pour progresser et gravir les étapes patiemment, jusqu’à réellement mériter les louanges, la popularité et l’argent. Xavi Simons a déjà tout ça sans avoir rien montré. Pourquoi se déchirerait-il, dorénavant, pour atteindre le très haut niveau ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Xavi Simons (@xavisimons) le

Au PSG, cependant, le Néerlandais change de dimension et d’environnement. Déjà, le milieu défensif passe pro, devrait s’entraîner et jouer avec les U19 du club parisien, qui jouent la Youth League, et pourquoi pas, de temps en temps, allez tâter le ballon au Camp des Loges avec l’équipe une. A Paris, il devrait faire face à un nouveau football, plus physique et rugueux – la France n’est pas l’Espagne, et encore moins la Masia, où la technique des footballeurs prédomine – et ça devrait faire évoluer, espérons positivement, le chétif et petit Hollandais, qui émerge à 1,60 m selon certaines sources. Enfin, si le PSG n’a pas réellement vocation à faire confiance aux jeunes, comme les récentes ventes de Christopher Nkunku, Moussa Diaby et Gaëtan Robail le prouve, le club de la capitale a pourtant dans ses rangs Xavi Simons, donc, mais également le jeune Kays Ruiz-Atil (16 ans), autre pépite piquée à la Masia par le PSG. Si le coup Xavi Simons est (un peu) une opération marketing et financière – le salaire du joueur n’a cependant pas encore filtré -, probablement en partie menée par son agent, Mino Raiola, il indique aussi que le club présidé par Nasser Al-Khelaïfi entend mettre de l’argent sur des jeunes joueurs prometteurs du football mondial, généralement étrangers – le PSG a raté récemment l’Anglais de 16 ans Louie Barry, qui a signé… au Barça -, pour les former et leur donner leur chance. Si Xavi Simons se concentre sur son football, et devient un joueur intéressant, il devrait, sans doute, faire son trou dans l’équipe première, sans que le PSG n’ait dépensé des – centaines – de millions d’euros pour l’avoir. Une nouvelle stratégie pas idiote, et de surcroît économe.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ici c’est Paris!!! ✍🏽⚽ @psg

Une publication partagée par Xavi Simons (@xavisimons) le

Surtout, il n’est à l’évidence pas exclu que Xavi Simons ait été engagé dans l’espoir qu’il prenne la place d’Idrissa Gueye dans trois ans, en tant que milieu défensif numéro un du PSG. Bref, le club de la capitale a peut-être enfin réglé, en un été et pour plusieurs années, un de ses problèmes principaux : son numéro 6.

pub

Abonnez-vous à notre compte Instagram, c’est ici que ça se passe !